De nouvelles orientations pour le développement futur de la Commune

693

« Mettre en œuvre une politique de développement urbain et d’aménagement qui préservera les espaces et la qualité de vie des Roquebrunois tout en favorisant le rayonnement de la Commune et son développement économique, en engageant une urbanisation réfléchie, durable et respectueuse du cadre de vie ».

La feuille de route du Maire, Jean Cayron, en matière d’urbanisme et de développement maîtrisé du territoire, est on ne peut plus claire. Et toute tracée.

À l’heure actuelle, Roquebrune-sur-Argens ne dispose toujours pas, aussi surprenant que cela puisse paraître, de Plan local d’urbanisme (P.L.U.). En résulte ainsi, depuis des années, des incohérences urbanistiques débouchant sur des dérives. Sans respect de l’environnement et de ses contraintes liées aux risques naturels (feux de forêt, inondations, ruissellement urbain).

Réduire l’urbanisation de 60%

Force est de constater qu’en quelques années, la commune s’est considérablement développée. Or, comme le rappelait le Maire, « sur les 106 km2 de superficie de la Commune, seuls 6% sont urbanisables ». D’où l’importance de prioriser les zones à bâtir.

Entre 2009 et 2018, 214 hectares ont été bâtis. Soit 21,4 hectares chaque année. À raison de 14,8 ha pour l’habitat et 6,6% pour l’économie.

Des chiffres qui seront revus à la baisse. Dans un souci environnemental qualitatif, la Municipalité entend, au travers du futur Plan Local d’Urbanisme, réduire cette consommation annuelle de 60% !
« Nous sommes sur un P.A.D.D. novateur et compatible avec les exigences attendues par les Roquebrunois » assurent Jean Cayron et son adjoint à l’Urbanisme Gilles Priarone. Nous souhaitons changer de modèle ».

La gestion de l’urbanisation de la Commune passera de manière incontournable par une réduction, de moitié (par rapport à la période 2012-2017) de la croissance de la population, qui demeure très forte.

Il sera indispensable de la recentrer sur les trois centralités établies que sont le Village, la Bouverie, les Issambres et sur le quartier des Quatre chemins qui demeure à conforter.

L’accès au foncier agricole sera facilité pour les agriculteurs dans une volonté de redynamisation de l’activité. Le littoral des Issambres sera également valorisé et protégé.

L’objectif à atteindre selon les perspectives voulues par la Ville : ralentir la croissance tout en favorisant la dynamique commerciale, revaloriser l’agriculture, rattraper le retard en termes de logement social dans un souci de mixité sociale et intergénérationnelle et réduire la construction de résidences secondaires.

Les moyens envisagés : remplir les « dents creuses urbanisables », densifier les pôles pour éviter un éparpillement incohérent et permettre ainsi de centraliser les besoins, notamment de services publics, d’équipements, de transports…

« Les risques structurent le développement de la commune. Et non l’inverse »

L’urbanisation a également un impact direct sur l’environnement. Les divers épisodes météorologiques ne doivent jamais le faire oublier. Les erreurs du passé, laissées en héritage, ne doivent plus se reproduire.

« Nous devons orienter nos efforts vers une réduction de la vulnérabilité des risques feux de forêt et inondations. Ces risques structurent le développement de la Commune. Et non l’inverse » insistait le Maire lors de la réunion publique de présentation du P.A.D.D.

Lequel tenait également à remercier les services municipaux, adossés au groupe Planed-Ecovia, qui travaillent sans relâche depuis début juillet pour être en mesure de présenter un P.L.U. cohérent.

Le P.A.D.D. sera présenté en séance de conseil municipal, le 5 novembre prochain.


Un P.A.D.D. en six axes :

  1. Préserver un Patrimoine historique et naturel d’exception.
  2. Renforcer l’attractivité économique.
  3. Valoriser l’authenticité du littoral.
  4. Une urbanisation réfléchie mais dynamique.
  5. Affirmer et renforcer l’identité propre à chacun des pôles urbanisés de la Commune.
  6. Optimiser le flux et les déplacements quotidiens en limitant l’impact environnemental.