Inauguration du premier congrès international d’histoire et d’archéologie

799

Du 19 au 25 octobre, la Ville de Roquebrune-sur-Argens accueille, pour la première fois, l’un des congrès archéologiques les plus importants en Europe. Placé sous la direction de Philippe Pergola, Directeur de recherche au CNRS, également Professeur et Doyen du « Pontifico Istituto di Archeologia Cristiana », ce projet est soutenu l’Union Européenne, dans le cadre du projet RACINE-Programme Marrittimo, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et du Département du Var, lui permettant d’avoir une dimension internationale ; la journée inaugurale s’est déroulée le lundi 21 octobre, rythmée par les interventions des partenaires et personnalités du congrès.

C’est en présence du Maire de Roquebrune-sur-Argens, du Président de la Communauté des Communes du golfe de Saint-Tropez et Maire de Sainte-Maxime, de Tatiana Lambert, de la Direction des Affaires Européennes de la Région Sud, et de Xavier Delestre, Conservateur Régional de l’Archéologie de la région PACA, des archéologues invités au Congrès et du public qu’a été donné le coup d’envoi officiel de cette manifestation axée sur la mise en lumière et les échanges scientifiques autour du « perchement et réalités fortifiées en Méditerranée et en Europe, du Vème au Xème siècles».

Trois conférences ont suivi les discours protocolaires : Roland Defendini, Consultant auprès de l’UNESCO et de l’ICCROM, a abordé le pillage et la destruction du patrimoine archéologique. Une seconde conférence, portant sur la mise en valeur du patrimoine archéologique en péril et ses succès, prenant l’exemple du site Cambodgien d’Angkor, l’un des plus grands parcs historiques du monde, a été donnée par Philippe Pergola, Mounir Bouchenaki, Directeur général de l’ICCROM et parrain du Congrès, anciennement Directeur de la Division du patrimoine culturel au sein de l’UNESCO, ne pouvant assurer son déplacement jusqu’à Roquebrune-sur-Argens suite à des problèmes de santé. Le Professeur d’archéologie médiévale à l’Université de Sienne, Marco Valenti, a enfin terminé le cycle de conférences par la présentation du site archéologique de Poggibonsi, modèle unique d’installations humaines et d’exploitations artisanales remontant au IXème siècle.

Xavier Delestre a également donné une conférence portant sur les grandes découvertes archéologiques en région PACA, de 1959 à 2019, à la salle Beaulieu de Grimaud.

>>> Découvrez l’ensemble des actions organisées dans le cadre du Congrès international d’Histoire et d’Archéologie, jusqu’à vendredi, à Roquebrune-sur-Argens : http://roqinfo.fr/wpcontent/uploads/2019/10/Congre-Archeo-programme-v2.pdf

—————————————————-
Exposition photographie
La patrimoine archéologique de la Syrie mis en lumière

En parallèle de cette journée inaugurale, organisée à l’Espace Robert Manuel, une exposition photographique et artistique a été inaugurée, à 15h30, à la Salle de la Batterie, réalisée par les artistes Michel Eisenlohr et Yves Hayat.
 

Né à la Ciotat en 1974, Michel Eisenlohr est auteur photographe depuis une quinzaine d’années. Son itinéraire photographique est le fruit d’une passion pour la littérature de voyage, d’un parcours universitaire sur les rites de l’Initiation, et de ce goût de l’autre qu’il renouvelle à chaque destination. C’est lors d’un voyage en 1998 en pays Dogon qu’il réalise ses premières images. Depuis, il poursuit ses reportages sur le pourtour méditerranéen, et notamment en Syrie, mettant en lumière l’esprit des villes de Palmyre, Alep et Damas (architecture, mémoire des lieux, territoires en mutation…) à travers cette exposition à découvrir jusqu’au 22 novembre.

Des œuvres d’art contemporain de Yves Hayat viennent compléter l’exposition. Par un jeu de superpositions, de décalages, de détournements, l’artiste met en confrontation le passé et le présent, la beauté et l’horreur, le luxe et la violence, l’indifférence et le fanatisme.